Share Results est une entreprise québécoise qui a été lancée en 2004. Leur réseau contient des programmes dans le domaine de l’éducation, de la mode, des agences de rencontre, etc. On dit que Share Results a un excellent service à la clientèle et que les employés sont très expérimentés dans le domaine du marketing. On dit aussi que leur technologie est simple et facile à utiliser.
Pour ma part j’ai beaucoup appris en suivant la formation de Paul du blog Serial Investisseur – qui comme son nom l’indique investit beaucoup dans l’immobilier (il a une bonne dizaine de biens, et gagne près de 2000 euros par mois nets grâce à l’immobilier … tout ça à côté de son job). Très didactique et concrète. Si ce sujet vous intéresse, allez faire un tour sur cet article où Paul nous parle de ses investissements et nous présente ses formations.
acheteur, affilié, affiliés, amazon, amazon.com, annonceur, associé, biens, blogueurs, business, client, commission, consommateur, éditeur, entreprise, futur du marketing de l'affiliation, gagner une commission, investissement, marchand, marketing d'affiliation, marketing de l'affiliation, marketing multi niveaux, marketing sur internet, mlm, multi level marketing, organisation, partenaire, plateforme d'affiliation, produit et service, produits, programme d'affiliation, récompense, réseau, solution économique, source de revenu multiple, vendeur

Dans le commerce électronique, les moyens d'atteindre une plus grande pénétration du marché par le biais de sites Web qui ciblent des groupes spécifiques d'internautes. Par exemple, Amazon.com (qui vend des livres, de l'électronique, des produits pharmaceutiques, des jouets, et beaucoup d'autres articles) a des milliers de sites affiliés intéressés spécifiques d'où les visiteurs peuvent atteindre les produits offerts par Amazon. La transaction de vente entière a lieu sur le site Web d'Amazon qui est équipé pour traiter le processus complet d'acceptation de paiement en ligne. Amazon passe sur un pourcentage du prix de l'article vendu comme commission au site affilié d'où provient la vente.
ShareAsale.com est une entreprise américaine qui a vu le jour en avril 2000.  Sur le site internet, les éditeurs (affiliés) peuvent naviguer par types de programmes, par catégories de biens/services ou en cherchant pour les nouveaux annonceurs inscrits. Comme sur les autres plateformes d’affiliation, en tant qu’éditeur, vous choisissez vous-mêmes les annonceurs avec qui vous aimeriez travailler. Environ 2500 annonceurs sont enregistrés sur la plateforme ShareASale, vous n’avez que l’embarras du choix. On dit que ShareASale a un service à la clientèle exceptionnel. Avec le temps, la compagnie s’est bâti une très bonne réputation et une clientèle loyale. Le monde de l’affiliation en marketing s’élargit de plus en plus et on dit que ShareASale gagne beaucoup en popularité. Tous les mois, des dizaines d’entreprises s’ajoutent à la liste des annonceurs. Ce qui est avantageux pour les annonceurs, c’est que les coûts d’accès à la plateforme d’affiliation sont plus bas que plusieurs autres compétiteurs.  Pour accéder à la plateforme, l’annonceur devra débourser 550 $, en plus les frais de transactions qui sont de 20 % du prix de la vente. Si l’annonceur ne génère pas un minimum de 25 $/mois en frais payés à ShareASale, le compte de l’annonceur devra payer la différence.
A U.K. based dating affiliate network that operates a number of mainstream and niche dating sites, including Cupid.com, Flirt.com, BoomerDating.com and PlanetSappho.com. You can promote any of these sites based upon the needs of your audience, and with so many sites to choose from, it’s pretty easy for most affiliates to find at least one or two that are a good fit. Commission rates at Cupid plc can be impressive, too, with $15 paid just for free sign ups, and up to 90 percent commission paid on paid memberships.
In the case of cost per mille/click, the publisher is not concerned about whether a visitor is a member of the audience that the advertiser tries to attract and is able to convert, because at this point the publisher has already earned his commission. This leaves the greater, and, in case of cost per mille, the full risk and loss (if the visitor cannot be converted) to the advertiser.
As search engines have become more prominent, some affiliate marketers have shifted from sending e-mail spam to creating automatically generated web pages that often contain product data feeds provided by merchants. The goal of such web pages is to manipulate the relevancy or prominence of resources indexed by a search engine, also known as spamdexing. Each page can be targeted to a different niche market through the use of specific keywords, with the result being a skewed form of search engine optimization.

@Sylvain : Personnellement, j’ai un peu d’expérience avec Commission Junction et Clickbank (des réseaux américains) et on ne m’a jamais refusé parce que mon site internet était francophone. Si tu tiens à vendre des produits d’entreprises francophones, tu peux visiter les plateformes française (1TPE, Effiliation, NetAffiliation, Public-Idées) de la liste ci-dessus. Sur quelques plateformes anglophones, c’est aussi possible de trouver des programmes/produits francophones.
Pour les nouveaux affiliés qui désirent s’aventurer, vous verrez que pour certains programmes de différents réseaux, vous devrez vous inscrire et attendre une confirmation d’admission au programme avant de commencer. J’imagine qu’on vérifie les informations personnelles soumises et le site internet de l’éditeur pour s’assurer de recruter les bons affiliés.
Article très bien documenté. Tu aurais même pu faire une liste plus longue mais c’est déjà pas mal pour commencer. Comme tu précises au début de ton article, l’argent facile n’existe pas. Mais le soucis avec la plus grande partie des sites que tu as mis ils sont énergivore en temps et des fois on se demande si cela vaut le coup. C’est sûre que c’est mieux que de ne rien faire ou de rester devant la télé des heures, c’est plus rentable. Mais je pense que c’est plus pour des petits “jeunots” ou pour faire 100 à 300 euros par mois. Si certains sont plus courageux ou ont plus l’esprit d’entreprise pour le même temps je leur dirais de tenter “l’affiliation” ou de gagner de l’argent avec les réseaux sociaux. Enfin , c’est mon avis
Quand vous decidez d´être affilié et que vous choisissez le programme d´affiliation qui vous convient, alors vous vous inscrivez à ce programme en signant un contrat d´affiliation. C´est un document dans lequel vous acceptez les termes du contrat qui sont les conditions que le vendeur vous impose pour faire parti de son équipe. Par exemple, ne pas faire de spam.
Vous engrangez des coins, et oui chaque site a son système de points personnalisés. Vous pouvez ensuite bien entendu échanger ces coins contre de l’argent. Comme tous les sites proposés dans la liste, un compte paypal sera mais pas que , car les moyens de paiement sont extrêmement variés : Paypal, Neteller, bons d’achat (Amazon, PSN, Xbox live, Décathlon, Zalando, Zooplus, Jules, Instant Gaming, Steam, Origin, Minecraft, Dofus, G2A, Google Play, Leagues of Legends ou Paysafecard).
LinkShare est un autre joueur important dans le monde du marketing d’affiliation. LinkShare a été fondé en 1996 et son siège social est à New York. Walmart, Champion, iTunes, Toshiba et ToysRus ne sont que quelques-uns des annonceurs de LinkShare. À moins de générer plus d’un million de dollars par année en vente en ligne, vous devrez vous contenter d’être éditeur chez LinkShare. Le programme LinkShare est réservé aux grands annonceurs seulement. LinkShare se concentre surtout sur les produits physiques.
TradeDoubler.com est une entreprise suédoise qui a été créée en 1999. Cette entreprise emploie maintenant plus de 600 employés. Le réseau TradeDoubler a plus de 1700 annonceurs et est ouvert aux éditeurs européens seulement. En plus d’être un réseau d’affiliation de qualité, TradeDoubler offre aussi la possibilité à d’autres agences d’utiliser leur plateforme pour administrer des campagnes de marketing. TradeDoubler a beaucoup de grands annonceurs sur son réseau. En voici quelques-uns: HP, Apple, The Body Shop, American Express, Hertz, Hilton, etc.
Gaddin, Mailorama, Moolineo et Qassa sont des sites de mails rémunérés, d’offres sponsorisées et de cashback. On peut espérer en tirer entre 15 et 30 euros gratuitement par mois, sans parle de l’argent que ça peut nous permettre d’économiser. Ils peuvent même nous permettre de mieux rentabiliser notre temps que beaucoup d’emplois à plein temps, pour s’en rendre compte il faut s’habituer à ces sites, puis s’armer d’un chronomètre et calculer le rapport temps investi/gains, ensuite on calcul ce que ça pourrait nous donner sur une heure, et bien souvent les résultats sont bons si on est rapide à effectuer certaines tâches (lectures de mails, inscriptions rémunérées, OfferWalls, visites de sites, etc…). Certes les gains potentiels restent limités, mais ce n’est en aucun cas une perte de temps, ça permet d’aider des personnes à gagner un peu d’argent en plus et gratuitement, pas un salaire certes.

Alors voila, ce genre de sites n’est en aucun cas une perte de temps. J’ai moi-même des filleuls à qui ça permet d’avoir un petit complément de revenus intéressant et je suis moi-même un adepte du web rémunéré depuis maintenant 5 ans. Aujourd’hui je suis également blogueur professionnel, notamment grâce à mes filleuls sur ce genre de site, donc je comprend les réactions mitigés que je peux lire ci-dessus. Le truc, c’est qu’on n’a pas tous envie de créer un blog, ni d’apprendre à bloguer, ni le temps de bloguer, d’ailleurs 99% des blogueurs ne gagneront jamais leur vie grâce à cette activité, et on n’a également pas tous les moyens d’investir.
Concernant Clictune, c’est un très bon site pour gagner de l’argent avec des liens – un bon cashlink comme on dit – personnellement j’ai un filleul, sur Linkbucks qui est un cashlink lui aussi, qui a gagné 11 000$ le mois dernier grâce à ce genre de site. Je le sais car j’ai gagné 20% de ses gains grâce au parrainage. En ce qui concerne ce site, il faut avoir une bonne visibilité sur les réseaux sociaux et/ou un site. Par contre, c’est une sorte de régie publiciataire plutôt intrusive, donc à utiliser à des endroits appropriés.

Avant même qu’internet soit accessible au grand public, qui étaient les marketeurs affiliés? Existaient-ils? Avant l’arrivée du Web, les marketeurs affiliés étaient appelés vendeurs et ces derniers étaient membres des réseaux marketing multiniveaux (MLM – Multi Level Marketing). À l’époque où tout le monde était intéressé par l’idée d’un aspirateur et des produits nettoyants révolutionnaires dans son foyer, les réseaux mercatique étaient très actifs. Ces réseaux étaient formés de vendeurs qui étaient payés à la commission pour les produits qu’ils vendaient. Un vendeur pouvait aussi être récompensé lorsqu’il recrutait de nouveaux vendeurs et que ceux-ci établissaient des ventes du produit ou service en question. Généralement, c’était l’entreprise qui produisait le bien ou le service qui employait les vendeurs.
×