AffiliateBot.com est un réseau d’affiliation très simple qui ne comprend qu’un peu plus de 200 programmes. On dit qu’AffiliateBot est un très bon endroit pour commencer en tant qu’éditeur en marketing. Leur réseau a une très bonne réputation et est facile à utiliser. Sur leur site internet, vous avez aussi accès à leur blogue et un forum de discussion où plusieurs affiliés échangent sur leurs expériences avec AffiliateBot et le marketing d’affiliation en général.
Évidemment, Google devait aussi faire partie de la liste des réseaux d’affiliation. Ils ont donc, eux aussi, créé leur propre réseau. Comme tous les programmes d’affiliation, le Google Affiliate Network relie les annonceurs et les éditeurs pour optimiser le marketing de produits et de services. En 2008, Google a acheté DoubleClick, un des pionniers dans le domaine de l’affiliation en marketing. Google se donne comme devoir d’offrir seulement des produits de qualité.
RevenueWire est une entreprise canadienne qui a vu le jour en 2007. RevenueWire semble être une excellente plateforme d’affiliation pour les éditeurs qui veulent promouvoir des logiciels. RevenueWire a de très bonnes critiques sur internet (souvent 4 sur 5). Puisque la plupart des produits des annonceurs de RevenueWire sont virtuels (logiciels), les coûts de production sont inexistants, donc les marges de profits sont élevées pour les annonceurs. Donc, les éditeurs pourront en bénéficier en gagnant jusqu’à 75 % de commission sur les produits vendus. Voici quelques-uns des produits trouvés sur RevenueWire: Spyware Doctor, Registry Mechanic, Outlook PST Repair, AdAware Plus, etc..
Le fonctionnement est simple: vous téléchargez votre document sur l’une des plateformes, le décrivez en quelques mots bien choisis et c’est parti! Vous toucherez quelques euros à chaque fois que quelqu’un télécharge ou achète le document sur la plateforme. Ça ne vous rendra pas riche (loin de là) mais puisque vous vouliez des idées pour faire de l’argent, je ne pouvais pas ne pas vous en parler.

La démarche est simple. Une personne met un projet en ligne sur Younited (anciennement appelé Prêt d’Union), dit combien elle nécessite et des investisseurs (c’est vous) lui prêtent de l’argent à un taux très intéressant pour vous (le taux est bien meilleur qu’un Livret A) et pour lui (le taux est bien plus bas que les prêts généralement concédés par les banques).


Autre site que je recommande vivement : Kokoroe ! Meilleure référence en matière de cours particuliers ! Vous pourrez partager toutes vos passions et vos talents ! Inscription en quelques secondes, création de cours… ça y est ! C’est déjà terminé et votre annonce est en ligne ! Des cours classiques de soutien scolaire comme les mathématiques, l’informatique ou l’anglais aux cours plus atypiques comme la danse, la musique ou encore la cuisine, la passion n’a aucune limite avec Kokoroe ! Personnellement, je donne des cours d’économie très régulièrement avec ce site !
Although it has a dynamic and well-designed website, PeerFly has a limited range of offers at any given time (around 8,000). On the upside, it does offer good commission/payout rates, lots of FAQs and educational information, and regular contests and reward programs that can substantially increase your bottom line. Based on online customer reviews, Peerfly enjoys a very high reputation amongst participating affiliates.
Avant même qu’internet soit accessible au grand public, qui étaient les marketeurs affiliés? Existaient-ils? Avant l’arrivée du Web, les marketeurs affiliés étaient appelés vendeurs et ces derniers étaient membres des réseaux marketing multiniveaux (MLM – Multi Level Marketing). À l’époque où tout le monde était intéressé par l’idée d’un aspirateur et des produits nettoyants révolutionnaires dans son foyer, les réseaux mercatique étaient très actifs. Ces réseaux étaient formés de vendeurs qui étaient payés à la commission pour les produits qu’ils vendaient. Un vendeur pouvait aussi être récompensé lorsqu’il recrutait de nouveaux vendeurs et que ceux-ci établissaient des ventes du produit ou service en question. Généralement, c’était l’entreprise qui produisait le bien ou le service qui employait les vendeurs.
×